Ancrage quand tu nous tiens
Un réflexion sur l'ancrage et l'enracinement de Saïda Naït-Bouda
Podcast LES TRADITIONS DU FUTUR
Un entretien avec Saïda Naït-bouda, danseuse et chorégraphe sur sa recherche autour des traditions d'Afrique du Nord.

A quoi sert l'Art ? Lettre à Monsieur Peter Brook
A QUOI SERT L’ART ? [LETTRE A MONSIEUR PETER BROOK, Metteur en scène] A 20 ans, j’ai vu votre Carmen alors que j’étais incarcérée à la prison de Fleury Mérogis...
Les traditions du futur
Des traditions féminines ancestrales à la transculturalité. Par Saïda Naït-Bouda. La première fois qu'on m’a demandé d’animer un cercle de femmes j’ai freiné des quatre fers. Un cercle de femmes, mais c’est quoi ? Née en France de parents algériens, je me suis construite entre deux mondes. Le monde de mon père où les femmes et les hommes sont séparés et le monde de la France, où par l’imaginaire colonial, le corps des femmes issues de ces régions est fortement érotisé.

Le récit du voyage des origines en carnet de voyage à danser.
La première fois que j’ai vu un rituel de mort, c’était aux funérailles de ma mère en Algérie. Comme la plupart des immigrés ou leurs enfants, j’avais reçu un lointain appel qui m’avait annoncé la nouvelle de sa mort. 8 heures plus tard, j’étais dans sa maison, où je ne connaissais personne. Et comme je n’avais rien à dire à tous ces inconnus, ni rien à faire, je me suis assise à la fenêtre de sa chambre qui donne sur le patio, et j’ai contemplé cet étrange ballet...

Je ne suis pas une danseuse orientale
JE NE SUIS PAS UNE DANSEUSE ORIENTALE Sous le terme de danse orientale, on voudrait rassembler une multitude de danses qui réunit autant les danses d’Afrique du Nord (Égypte, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Mauritanie, Soudan) que celles du Machrek (Syrie, Liban, Jordanie). Il est louable que des danseurs et danseuses se battent aujourd'hui pour donner une reconnaissance et une légitimité à la danse orientale dans le monde artistique. Mais moi, je ne suis pas une danseuse orientale. La...
Dans une cour, au coin d'une rue, dans un vestibule où un salon, les rituels populaires en Afrique du Nord sont ma source d'inspiration. Le rythme répétitif, le sacré et le profane qui ne sont pas séparés, chaque un-e qui à sa façon se soulage de ses maux dans un ballet hypnotique où tout le monde est ensemble. Dans la vie. C'est de mon rapport intime avec ces rituels que je forge ma pratique. Ici un rituel de Zar en Egypte

Article à venir
Quand l'architecture et la danse se conjuguent...